Villa Santa Lucía => Parque nacional Queulat : 72km - 68km

Comme l’annonçait les prévisions, la pluie est continue et le vent du Nord souffle fort. La journée de repos, blottis dans la maison près du poêle, est un bonheur absolu après ces 10 jours intenses au frais! Nous en profitons même pour cuisiner des crêpes et les partager avec Betty, notre logeuse, sa famille et Isaac, cycliste chilien arrivé la veille aussi. 🥞🍫🍵 


La nuit est toute aussi agitée mais le ciel est plus clair au réveil. Nous partons bien ce matin! Après une session rangement des fringues pendues au dessus de la cuisinière à bois, nous prenons la belle route nationale 7, appelée carretera austral et graal des cyclo-voyageurs. Nous pédalons, sous une alternance d’averses et d’éclaircies, jusqu’au village de La Junta, qui doit son nom à la confluence de deux rivières. Nous nous abritons sous un abri-bus pour le déjeuner de 15h30... ⏰😅et regardons le ciel s’obscurcir! Nous finissons par nous installer dans un hôtel un peu miteux avec une mégère aux cheveux rouge comme propriétaire, bien cher pour la prestation. 

La carretera austral a une réputation de zone pluvieuse et assez chère. En deux jours, nous pouvons confirmer les deux! Il y a tellement de passage que tout se loue et à tous les prix. Plus de 10 000 pesos/prs (13€) la chambre 2 lits une place sans grand confort ou encore 50 000 pesos la cabaña pour 4 ou 5 en pleine saison. Ces prix dans des villages comme la Junta sans charme ni activité spécifique sont presque aussi élevés qu’à Pichilemu ville star de la côte! 💸😲🙈 Bref, nous dormons au chaud et faisons sécher notre équipement! 


Pour notre deuxième étape, jour férié pour la fête nationale, nous partons avec les sacoches presque vides de provisions. Bijou avait la flemme de faire des courses la veille, nous avons donc 1 paquet de riz, 1 sauce tomate, 1 oignon et 2 bananes. Rien pour le petit déjeuner et pas grand chose pour le reste. Croisons les doigts pour trouver au prochain village! 🤨🤐🤞

Nous rejoignons la première partie non asphaltée assez rapidement. Les paysages sont luxuriants de végétation et nous comprenons à quoi sert toute cette pluie! 🌳🌲🌧 Certains disent qu’ils ont des airs de Jurassic Park ou Jumanji! Totalement différent de l’Argentine où l’eau était déjà présente mais l’air plus sec quand même. Les cascades, plus ou moins hautes et plus ou moins éloignées, font leur apparition tous les km environs. Il est presque difficile de tout voir tout en étant concentré sur le ripio. Puis nous arrivons à Puyuhuapi, village type pêcheur «coincé» entre le lac Risapotrón et un bras de l’océan pacifique! La vue depuis la colline le surplombant est superbe. 🤩


Nous croisons une famille en balade qui nous emmène à la panadería chez Teresa, fermée aujourd’hui pour le 18 et préparation de l’anniversaire de sa petite fille le lendemain, mais qui accepte de nous vendre du pain et quelques ravitaillements basiques (fideos, queso...). Une fois plus cool sur les provisions nous nous arrêtons déjeuner dans un bus abandonné quelques km après le village. La pluie se met à tomber encore et encore. Nous attendons une période plus calme pour repartir car la propriétaire d’en face n’est pas encline à nous offrir l’hospitalité, loin de la même... 😠🐕Nous arrivons a l’entrée du parc tard, après sa fermeture, et trouvons refuge dans un camping encore en préparation, plutôt loin d’être prêt, pour la saison à 1000 pesos la nuit. Nous avons un toit pour installer la carpa c’est le principal! 


Parque national Queulat : 12km de marche

La propriétaire du camping nous a appris lors de notre arrivée la veille que l’entrée du parc est exceptionnellement gratuite ces 2 jours. Le soleil étant plutôt clément ce matin nous décidons d’en profiter pour aller randonner et voir le glacier Ventisquero Colgante de plus près. Nous grimpons les 3km de sentiers plutôt mouillés et boueux et découvrons, sous quelques nuages bien sur, notre premier glacier.


Increíble!!! Les couleurs sont entre le blanc et le bleu et ressortent encore plus lors des quelques apparitions du soleil... ce glacier descendait jusqu’au lac Témpano, en contrebas du point de vue, il y a encore une vingtaine d’année. Malheureusement, le réchauffement climatique est passé par là aussi. 🏔🌡😪 

Le lac quant à lui n’est pas mal non plus. Ses eaux sont de couleur vert clair tirant vers le blanc ce qui tranche avec la végétation environnante. Il est rempli par une immense cascade descendent du glacier. Ça aurait vraiment été bête de louper ça! 


Demain nous reprenons la route assez tôt car les matinées sont plus calmes ou moins mouillées que les après-midi. Nous devons nous éloigner de ce microclimat encore plus humide que dans le reste de la région car les prévisions des prochains jours ne sont pas très bonnes. 🌧🚲


Parque national Queulat => Coyhaique : 49km - 35km

En ce jeudi matin, le ciel est encore bien couvert et nous enfourchons nos bici lors d’une accalmie après 2 ou 3 averses. Nous retrouvons rapidement le ripio chilien, 3km seulement après le départ, puis la fameuse cuesta Queulat. Un panneau nous informe dès le premier coup de cul de ce qu’il nous attend : 5km de « caracoles » (virages en épingle) pour atteindre les 500m d’altitude... ⛰🐌 

Malgré la pluie fine, notre température corporelle augmente rapidement! Il faut bien appuyer sur les pédales. 🌡😅 Les voitures qui nous doublent ou croisent nous regardent comme si nous étions fous! Peu importe nous sommes à fond et motivés... 🤪💪 Nous arrivons en haut et les éléments se déchaînent. La pluie, le vent en rafales. Pause sous les arbres mais rien ne se calme!! Nous prenons la décision de faire du dedo mais trois personnes avec trois bici, cela s’avère bien compliqué avec le peu de voitures qui passent. 


Une, deux, trois... Je monte seule avec un couple qui me conduit jusqu’au village de Villa Amengual à 40km du sommet. Je trouve refuge chez Ines, propriétaire du refugio para ciclistas. Après un aller-retour de son frère sans résultat, il n’est pas allé assez loin aussi!!! 😠😲 je trouve une famille qui accepte de faire le voyage pour récupérer mes deux compères. Nous rentrons finalement à 18h chez Inès-les garçons sont trempés littéralement et frigorifiés. Le poêle les réchauffe bien avec un thé et du pain maison... Ouf!! 👍🚙


Le jour pointe le bout de son nez avec quelques rayons de soleil. Beaucoup plus calme qu’hier, nous observons les sommets alentours. Nous votons sur l’étape d’aujourd’hui. 2 voix contre 1 ce sera dedo. Traumatisés par la journée d’hier, Isaac et moi n’avons pas trop l’envie. De plus, Nicholas nous attend à Coyhaique avec un asado (barbecue)!!! Nous montons dans une bétaillère avec deux agriculteurs très sympas et rigolos. Ils nous emmènent jusqu’à Villa Ortega, village dans les montagnes, à 35km de Coyhaique sur la ruta 7, la verdadera de ripio. Nous finissons donc notre étape du jour en pédalant entre de petites averses et les travaux publics qui « refont » la route. 😁👍🚲